• rien ne marche à sonatrach, les augmentations tardent à venir,les promotions sont bloquées,la revalorisation du nouveau SNMG pas pour demain,le cadre de vie se degrade de jour en jour,notre entreprise s'achemine vers un naufrage certain.

    demontrez que vous etes un manager ?


    3 commentaires
  • Les travailleurs de la division Amont de Sonatrach ont décidé, hier, de continuer leur mouvement de protestation mardi, après l’Aïd El Adha.

    Depuis dimanche dernier, les agents de la division production tiennent un sit-in quotidiennement, de 11h30 à 12h30, devant le siège de Sonatrach, à Hydra, en boycottant le déjeuner à la cantine, et ce, jusqu’à satisfaction de leurs revendications. Mais la réponse de la direction générale, transmise par l’intermédiaire du syndicat national de Sonatrach, n’a pas été du goût des protestataires. «Les revendications exposées par le conseil syndical ‘’DP/siège’’ sont déjà inscrites dans le programme d’action et seront soumises à l’adoption en plénière lors de la conférence programmée dans quelques jours», lit-on dans le communiqué du syndicat national adressé à la section de la division production.

    Les grévistes estiment que les promesses de leur direction ne seraient que de «la poudre aux yeux pour gagner du temps». Selon Farouk Benlalam, le secrétaire général de la section syndicale division production, «le syndicat national complote avec la direction générale au détriment des travailleurs. Ce syndicat ne représente pas les employés, car au lieu d’adhérer à notre mouvement, il appelle à sa suspension en faisant fi de nos priorités». Les protestataires revendiquent, entre autres, la revalorisation des salaires des travailleurs, la prise en charge équitable de tout le personnel ainsi que le recrutement paritaire des enfants des agents retraités et des agents décédés.

    Lamia Tagzout du journal EL WATAN

    4 commentaires
  • face à l'inertie du syndicat de l'entreprise Sonatrach
    Les travailleurs de Hassi R'mel envisagent la création d'un syndicat autonome

    Les travailleurs de Sonatrach à Hassi R'mel comptent créer un syndicat autonome pour défendre leurs intérêts socioprofessionnels, étant donné «l'échec du syndicat affilié à l'Union générale des travailleurs algériens». Ce point sera évoqué lors de la prochaine assemblée générale prévue jeudi à Hassi R'mel, nous a indiqué un des représentants du collectif des salariés.

    Cette éventualité demeure aux yeux des travailleurs le seul moyen de militer pour les intérêts des salariés. Ceci est d'autant plus nécessaire, que selon les déclarations des représentants des travailleurs, le syndicat de l'entreprise affilié à l'UGTA n'a pas pu défendre les droits des salariés.

    Grâce au mouvement spontané et autonome de protestation enclenché depuis près d'un mois (mars, ndlr), les salariés de Hassi R'mel ont réussi à faire respecter un accord salarial signé en 2008, mais qui n'a jamais été appliqué par la direction générale du groupe.

    Il est apparu, à la lumière de cette expérience, que «le syndicat de l'entreprise était incapable de défendre les attentes des travailleurs et totalement absent sur le terrain». Partant de ce constat, les travailleurs de Sonatrach envisagent, selon Ali Arhab, représentant du collectif, de créer un syndicat autonome qui sera «appelé à être un véritable interlocuteur».

    «Nous sommes complètement oublié par la direction générale de Sonatrach. Il a été convenu suite à la suspension de notre mouvement de protestation le mois de mars dernier d'engager des négociations sur notre plateforme de revendications. La direction du groupe a accepté d'appliquer l'accord salarial datant de 2008 et de répondre aux autres préoccupations exprimées par les salariés.

    Des revendications qui ont été contenues dans la plateforme de revendications soumises aux responsables du groupe. Mais à ce jour, nous n'avons rien vu venir.

    Nous avons donné au début du mois de mai un ultimatum de 15 jours pour que la direction générale régisse et fixe un échéancier quant à la poursuite des contacts.

    Dans ce cas de figure, les travailleurs seront conviés à une assemblée générale jeudi pour décider des suites à donner à notre mouvement. Nous devons être solidaires et unis pour arracher nos droits, car les dernières augmentations salariales ne sont en réalité que des ajustements et rattrapages. Il ne s'agit pas à proprement parler d'acquis, mais de droits non satisfaits depuis plus de deux ans», a tenu à souligner Ali Arhab, ajoutant que les responsables de la direction régionale procèdent à des «intimidations» pour empêcher les employés de reprendre l'activité syndicale.

    Le PDG de Sonatrach Nordine Cherouati avait accepté de concrétiser 4 points de l'ensemble des revendications exprimées, à savoir l'extension du bénéfice de l'indemnité compensatoire pour le personnel soumis à la relève ayant exercé trente-deux années de travail effectif et sans condition d'âge, le bénéfice de l'allocation de fin de carrière calculée sur le salaire de base actuel, la confirmation de l'indexation des heures supplémentaires sur le salaire de base actuel et l'indexation des formules de calcul des montants de l'indemnité de travail posté, de l'indemnité de nuisance et de l'indemnité de zone et condition de vie au salaire de base actuel.

    Cet accord a permis aux salariés de Sonatrach de disposer d'une augmentation salariale variant de 12 000 à 30 000 dinars applicables depuis janvier 2010. Le collectif tient aussi à la satisfaction des autres revendications exprimées dans la plateforme,
    dont on peut citer l'alignement des salaires de base des agents ayant bénéficié des augmentations (8%, 15%, 20%, 25%) à 30% avec la même date d'effet, du système de travail 4 x 4 pour l'ensemble des travailleurs (soumis et non soumis à relève), de la prime de risque (région considérée comme zone à haut risque), ainsi que de la révision à la hausse de la prime d'intéressement et bannissement du système de palier (un seul palier).


    2 commentaires
  • Monsieur le ministre vous dites "que les revendications des travailleurs du sud sont legitimes" nous vous disons pourquoi tout ce retard pour la concretisation?

    1 - Indexation de l’IZCV sur le SNMG avec effet rétroactif et bannissement du système de palier;

    2- Calcul de la prime de nuisance sur le nouveau salaire de base ;

    3 - Calcul de l’ITP sur le salaire de base

    4 - Alignement des augmentations des taux de salaires dans le cadre du système revalorisation des Métiers, (8%, 15%, 20%, 25%, et 30%) avec la même date d’effet.

    5 - Déblocage de l’ancien système de catégories ;

    6- Augmentation du salaire de base à l’instar des autres secteurs d’activité ;

    7- Retraite après 25 ans de travail dans les régions du sud (statut particulier du pétrolier) ;

    8- Le calcul de la prime de fin de carrière sur le nouveau salaire de base ;

    9- Attribution d’une prime de risques à l’ensemble des travailleurs du sud;

    10 - Révision à la hausse de la prime d’intéressement et bannissement du système de paliers ;

    11 - Généralisation de l’indemnité compensatoire (IC) à l’ensemble des travailleurs ;

    12 - Alignement et augmentations de l’ensemble des prêts (achat véhicule, logement,….etc.).

    chers travailleurs unissez vous pour une action d'envergure ( GREVE -SIT IN - BOYCOTT DU RESTO- MARCHE...)

    à HASSI RMEL ça bouge ils ont commencé hier (29/10/2011) faut pas compter sur L'UGTA , ses membres sont mordus par une grenouille...)


    3 commentaires
  • plus de 400 chambres depourvues de chauffe eau électriques et ce depuis presque une année  ,c'est l'insouciance totale des "responsables" concernés, le probleme persiste et devient par la force des choses endémique ,le cadre de vie se degrade de jour en jour et regardez aussi du coté de la verdure à RNS elle se reduit comme une peau de chagrin.

    peut on attendre encore une eternité?


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique